Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

  • Accueil
  • > Archives pour le Mardi 11 novembre 2008
Archive pour le 11 novembre, 2008


Ces prénoms si attachants !

11 novembre, 2008
Non classé | Pas de réponses »

pers315.gif 

 J’ambitionnne le projet de faire un abécédaire sur les prénoms Français qui suggèrent des mots, des attitudes et des expressions.

Si vous avez des prénoms à me suggérer, n’hésitez pas à m’en faire part.

Jules. 

C’est fort connu pour les filles. Il faut bien en avoir un !

Mais on peut s’en passer si on vient de Calesbie, le pays des lesbiennes, comme dit Guy Montagné dans « cours d’histoires drôles ». 

Très pratique comme gadget. Ça peut beaucoup aider, si vous voulez beurrer les tartines du bon côté.

 Il peut aussi vous accompagner n’importe où et, pourvu que vous haussiez le ton, de temps à autre, vous prendrez le dessus sur lui !

Par contre, ne comptez pas trop sur lui pour vous enlever un poids sur le cœur. Il vous en rajoutera toujours, tellement il est généreux ! 

Le plus célèbre des Jules est « César ». 

Germain. 

C’est le parrain de l’esprit de famille.

Il sponsorise les câlins, les retrouvailles, les accolades et peut être une unité de mesure en cas de partage. Ainsi donc, on parle de cousins germains et de frères germains.

Les filles s’y sont mises depuis, avec Germaine. 

Pierre

C’est le roi des pitres.

Son géniteur grimpait déjà sur les oliviers, quand le Christ se retirait dans ces appartements privés, dans les montagnes de Galilée et de Judée.

C’est aussi lui qui a permis la première greffe de l’oreille, la plus parfaite jamais accomplie. C’est peut-être de là que vient l’expression « faire d’une Pierre, deux coups », puisqu’ayant arraché l’oreille du soldat venu arrêter son maître, sous les ordres de celui-ci, il recolla l’oreille. 

D’autres expressions se rapportent à ce prénom, telles « avoir un cœur de Pierre », « Jeter la Pierre », « marquer d’une pierre blanche… » 

Jean. 

C’est un prénom hébreux francisé qui dérive de Yohànan, signifiant « Dieu a pitié ».  Plusieurs personnes à qui l’on a donné ce prénom sont habités par un complexe d’infériorité parce que tout petits, on les a habitués au « petit Jean ». Le plus connu d’entre eux était le plus aimé du fils de Dieu.

Et on en a connu en France qui avait pour profession de raconter des histoires !

Nos enfants en apprennent parfois par cœur, pour passer en classe supérieure.

Ce Monsieur, c’est Jean De La Fontaine.   

LA BIBLE DU POETE

11 novembre, 2008
Non classé | 1 réponse »

Bonjour.

La rédaction de mon recueil de poèmes intitulé  »FEUX VERS » a été achevée tout récemment.

Je suis actuellement en négociation avec mon éditeur Edifrance, pour la finalisation du contrat de publication.

Si tout va bien, mon recueil sera publié d’ici Juin 2009, suivi de mon tout premier roman en cours de finition  » Bracelets de la honte »  et dont j’aurais l’occassion de présenter quelques extraits sur mon blog.

Ci-après le poème Bible du poète, tiré du recueil « FEUX VERS »:

La bible du poète  livreouvert.gif

 

Le dictionnaire est pour moi devenu une bible 

Chaque mot à mes yeux, tel à Pierre, est un verset. 

Chaque jour, verset après verset, j’en défais les énigmes 

A l’ombre des assonances, je me sens réconforté.

Vous êtes les douze apôtres de mes cris somnambulesques. 

Avec moi, dans mes voyages, mes mirages et mes frasques. 

Je vous vois sur le mont des oliviers, cueillir des vers rongés. 

Vous buvez mes mots impétueux comme des versets sacrés !

Voici mon évangile fébrile sodomisé que je crache sur le pupitre ! 

Riez ou pleurez si vous voulez, mais ne me prenez pas pour un pitre ! 

Vous verrez en parcourant ma bible avec transe épitre par épitre, 

Que la vie n’est qu’un vain qu’on écume chaque jour, litre après litre !

Ma genèse c’est moi, mais c’est vous qui en êtes l’apocalypse 

Car le temps qui m’est échu ici bas, déguerpit comme une éclipse. 

Je joue avec les mots, comme pour dompter les noirs fétiches. 

Avec l’épée de Damoclès, je sabre et pourfends les hémistiches.

Rimes pauvres ou riches, plates, rondes ou croisées, je vous épouse. 

Venez nombreuses, vous enivrer de vers luisants dans ma bouse ! 

Avec les acrostiches latins, nous allons faire une partouze !   

Je compterais doctement mes alexandrins, douze par douze. 

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique