Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2009
Archive pour septembre, 2009


MEA CULPA

28 septembre, 2009
Liens | Pas de réponses »

L 

 Qu’est-ce que c’est dur de revenir sur cet espace et de constater, l’air badaud, que cela fait un bail (comme disent les jeunes) que je n’y ai plus remis les pieds (enfin, façon de parler) ! 

Je me suis trouvé un nouveau poste de travail  très chronophage, vous vous en doutez ! 

Pas de répit, plus le temps de m’évader un peu. 

Je dois rester concentré et quand j’en sors, je sui essoré ! Ouf ! Mais bon, c’est mon travail et je dois m’y acclimater pour des raisons de jonctions mensuelles, comme vous savez. 

Pas facile de faire une concession, mais une confession, oui, j’en ai une bonne : vous me manquez beaucoup, vous savez. 

Je vais trouver le moyen de toujours vous mettre quelque chose de croustillant sur l’écran et réduire le temps d’attente. 

Pardonnez à un ami qui ne trouve plus aussi facilement le temps nécessaire pour vous entretenir. 

C’est promis, je vais me saigner pour vous divertir et vous instruire plus souvent. 

A très bientôt chers amis. 

Que gagne-t-on au shoeser ?

15 septembre, 2009
Liens | Pas de réponses »

Le shoeser. Quel mot ! 

C’est en fait un jeu qui consiste en jets de chaussures sur de grandes personnalités que l’on ne trouve pas très cool. 

Il avait été initié par Mountazir Al Zaïdi, un journaliste Irakien. 

Lors de la visite de Georges W. Bush en Irak en Décembre 2008 le fougueux journaliste est entré en transe, a enlevé sa chaussure et, outré par les humiliations subies par son peuple depuis l’invasion Américaine à la suite du 11 Septembre, l’a lancé à la face de Georges W. Bush en criant «  c’est le baiser de l’adieu, espèce de chien » ! 

Cet incident a fait craindre à  un attentat suicide. 

Le journaliste appréhendé a été jugé et condamné à trois ans d’emprisonnement pour comportement indélicat envers un chef d’état étranger. 

Depuis, il a bénéficié d’une remise de peine. Techniquement, il devait être libéré hier. 

Son geste désespéré a fait de lui une star internationale. 

Comme toujours, la toile s’est emballée. Un groupe de soutien sur facebook a enregistré plus de 46.000 membres. 

Plusieurs pères de famille ont appelé son frère, faisant savoir que ce serait un honneur de marier leur fille à ce héros qui a lavé l’honneur des siens. 

Il est même envisagé d’ériger une statue en son honneur ; des réceptions monstres l’attendent à sa sortie, doublées de promesses de présents allant des chevaux d’or à la décoration de chefs d’état, en passant par des sommes d’argent inestimables, d’appartements neufs et de voitures de sport. 

Des partis politiques irakiens lui font des beaux yeux, misant sur sa capacité à mobiliser des foules. 

Des partenariats avec des marques commerciales. 

Cet homme qui risquait sa vie était loin de se douter qu’une telle audace pouvait lui valoir autant de succès. 

Qui veut jouer au shoeser ?

 

  Mountazir Al Zaïdi, en chemise avec lunettes

Que gagne-t-on au shoeser ? dans Liens SDC11676

 

Pleurez, Dame pluie !

10 septembre, 2009
Liens | Pas de réponses »

 Pleurez, Dame pluie ! dans Liens recuperez-les-eaux-de-pluie_940x705

Après l’étouffement caniculaire de la journée d’hier, j’ai vécu un moment poétique et retrouvé des instants magnifiques, un pan de l’ambiance du bled. 

Le ciel a pleuré à grosses larmes et, du cinquième étage, j’admirais perler ses grosses larmes sur le macadam, formant de petits ruisseaux aussitôt dragués par des canalisations.

On dirait des plaintes de pauvres gens que charrie ce fleuve temporaire. 

Nous sommes en période de Ramadan, l’allégorie ne serait donc pas tout aussi farfelue.  Mais c’est surtout sur le point des réminiscences que j’ai été un peu trop porté sur la chose je dirais. 

Cette mélodie, il est vrai, n’égale pas la sérénade que font les pluies diluviennes d’Afrique équatoriale car là-bas, les tôles s’en mêlent tandis qu’ici, ces décibels sont étouffés  par les dalles qui forment les toits des maisons. 

Un compatriote disposant d’un espace au balcon, a même eu l’ingénieuse idée d’y disposer un morceau de tôle, pour faire un remix de la bamboula firmamentielle ! 

Il a dû la retirer pour plainte de tapage nocturne ! Sic. 

J’ai aussi aimé les jeux de lumières dans le décor, ces éclairs de tonnerre vous savez. 

Au début j’ai pensé que c’étaient les voyeurs d’en face qui me prenaient en photo, vu qu’en cette chaleur la tentation est grande de se mettre en tenue d’Adam. 

Un abattement de douceurs sur le cœur.

Ça change d’une vie trépidante. DJ, replay, please ! 

GABON : Port Gentil ? Non, pas tout à fait !

4 septembre, 2009
Liens | Pas de réponses »

 GABON : Port Gentil ? Non, pas tout à fait ! dans Liens

Après 24 heures de faux suspens, c’est finalement hier, Jeudi 03 Septembre que la CENAP (Commission Electorale Nationale et Permanente) chargée de rendre public le verdict des urnes s’est prononcée. Ali Bongo aurait été élu avec 41.73 %. 

Du coup, à Libreville, la suspicion tourne autour d’Ali Bongo et les 40%, parodie d’Ali Baba et les 40 voleurs. 

Cette symétrie est si évidente que pour les Gabonais, cette victoire n’aurait pu être obtenue sans frauder. 

La France est, bien entendu, derrière ce scénario grotesque, c’est une évidence pour les Gabonais. 

Même si aucun incident majeur n’a été signalé lors du vote, l’empressement avec lequel les trois candidats ont chacun annoncé leur victoire relevait plutôt d’une usurpation. 

Sous d’autres cieux, comme lors des courses d’athlétisme après un faux départ, les trois trublions auraient dû être tout simplement disqualifiés ! Si Ali passe, on brûle tout avaient déjà averti les opposants. 

Maintenant que c’est fait, il prévaut une situation de trouble à Libreville où l’on constate des actes de vandalismes : brochettes de voitures, déversement des poubelles sur la voie publique, pillage de magasins, agressions des expatriés.  Mais c’est à Port-Gentil, fief de l’opposition que la violence est à son paroxysme : grillade du consulat Français, molestation des étrangers, incendies de stations-services. 

Ils ont même fait un remake de Prison Break, en attaquant des prisons, libérant des détenus ! 

C’est de là que sont parties les menaces francicides: « les Français, il faut les chasser, on va les tuer ! » scandait la foule en colère, à l’endroit des reporters étrangers. 

Bernard Kouchner a rassuré les Français sur place au sujet du dispositif de sécurité mis sur pied pour les exfiltrer au cas où.  Il enjoint les Gabonais à observer le calme et espère que le Gabon ne sera pas une autre Côte d’Ivoire ! Une grosse bourde qui ne doit certainement pas plaire à l’ami Gbagbo. 

Et si Ali l’avait emporté à la régulière ? 

S’il était juste victime d’une suspicion outrancière et d’une campagne de dénigrement acharnée ? 

Si c’était seulement le patronyme « Bongo » qui dérangeait ? 

Difficile en effet de rester objectif sur cette affaire. 

J’ai essayé de faire un inventaire, à mon sens, des faits qui penchent pour ou contre son élection. 

POUR : 

  • Le seul candidat reçu par le président Français 
  •  Multiplicité de candidatures à l’opposition au lieu d’une, parcellisant les voix 
  • Membre du gouvernement sortant plébiscité par la grande majorité du PDG, malgré les dissidences velléitaires.
  • Membre de la plus grande formation politique 
  • Ascendant financier sur ses challengers 
  • Election à un seul tour, donc pas de confluence de voix par solidarité entre candidat
  • Mise en orbite d’Ali comme favori par les médias internationaux
  •   Climat de psychose au sein de la population craignant des violences politiques
  • Souci de préservation des dossiers confidentiels sur les relations entre feu Omar Bongo et la France au cas où un locataire autre que son fils s’emparerait des clés de la villa du bord de mer 

CONTRE :

  • Passif lié à sa charge patronymique
  • Son père avait dit : « en Afrique, on n’organise pas les élections pour les perdre »
  • Il est insolent de penser que la majorité des Gabonais eûssent souhaité perpétuer la dynastie Bongo.
  • Impopularité selon le ressenti général auprès de la population
  • Hostilité envers des médias étrangers comme France 24, présageant un passage en force
  • Comptable du système actuel corrompu dont il a été ministre
  • Inquiétude suscitée par sa politique de continuité
  •   Besoin réel d’une alternance pour le peuple Gabonais, sans compromis
  • Rallonge des délais de promulgation des résultats du vote
  • Divergence  entre les membres de la CENAP
  • Sabotage des émetteurs radio et arrêt d’émission de la chaîne de télévision de l’opposant Mba Obame dans la nuit du mardi à mercredi.            
  • Violences verbales pré-électorales quant à l’idée même de son élection 

C’est donc fait, Ali est président. Mais pour combien de temps ? # 

Alain Foka, journaliste à RFI lui a demandé au cours d’une interview si les Gabonais allaient de nouveau avaler du Bongo après 41 ans sous Omar Bongo son feu père. Gêné, le fils de son père répondit qu’il n’y resterait certainement pas quarante ans. 

Pour fédérer la grogne populaire qui émerge sur toute l’étendue du territoire, Ali a sa propre formule : « je serai toujours le président des Gabonais et des Gabonaises » lance -t-il. 

« Toujours », un adverbe qui fâche ». 

Simple erreur de sémantique ? Pas si sûr quand on connaît la rhétorique dialectique de l’homme en face. 

Pas très rassurant pour ceux qui voudraient le voir partir si tôt… 

En tout cas, les jours qui nous suivent s’annoncent très difficiles. 

Bon courage monsieur le président !

Ali Bongo, fils du défunt chef de l'Etat Omar Bongo, a été élu président du Gabon. Il appelle

# La constitution Gabonaise ne dispose pas d’un article limitant le nombre de mandats. 

12

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique