Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2009
Archive pour octobre, 2009


Fally Ipupa, une minute et vint le blasphème

24 octobre, 2009
Liens | Pas de réponses »

 Fally Ipupa, une minute et vint le blasphème dans Liens arton4

Devant le ridicule torrentiel d’un nouveau genre musical sur les deux rives du majestueux fleuve Congo, genre consistant à encenser moyennant rétribution, du quidam lambda aux hommes d’Etat, les autorités de la RDC ont, par voie de décret à force de loi, pénalisé cette pratique lorsque les hommes en vue exerçant une fonction politique sont cités, et par la même, rappelé la vocation première de la musique : Eduquer, Moraliser, Adoucir les mœurs… 

Cette disposition se limitant seulement à la RDC, ces griots modernes ont trouvé le moyen de combler le vide juridique : chanter pour des ressortissants d’autres pays. 

Inutile de faire mystère sur le nom du pays qui arrive en tête de chapelet : le voisin d’en face, le Congo Brazzaville tout naturellement, gentilé mitoyen oblige ! 

Comment ça marche ? 

Sur le marché des éloges, plusieurs packs sont disponibles : 

·         Le défilé dédicatiel, qui est une incrustation du nom du dédicacé dans une litanie de noms, comme dans une pétition. 

 

·         La lorgnette qui est une dédicace non formulée par le dédicacé. Ce pack vise souvent les people, pour les obliger à verser le pourboire au laudateur qui n’hésite pas de rappeler ces hommes illustres à la mémoire des mélomanes. 

Didier Drogba, Alain Mabanckou, Samuel E’too, Claude Makélélé en ont été pour leurs frais ! 

·         La Chanson  (ou hymne, dirais-je plutôt) qui tue, quitte à confiner au blasphème ou au ridicule. Normal, il faut assurer le service après-vente. 

L’illustration la plus fallacieuse de cette pratique est celle de la mélodie « une minute », de l’album A2BM de  Fally Ipupa, entaché d’un panégyrique déifiant la fille d’un chef d’Etat, pour ne pas la nommer, au grand dam des règles de déontologie, à gêner Esméralda devant sa sainteté, le Dieu suprême ! 

L’oxymore quelque peu exagéré et trop surréaliste n’est pas sans rappeler l’attentat papal avorté de Koffi Olomidé qui voulut un temps se ceindre du nom de Benoît XVI. 

Le Vatican dût intervenir pour étouffer le sacrilège dans l’œuf ! 

Mais revenons plutôt à la chanson de notre Dicap la merveille, un autre nom de transe de Fally Ipupa. 

Tenez-vous bien. 

Dans cette chanson, on parle de l’objet de tous les regards comme de la couleur qui jusque-là manquerait à l’arc-en-ciel, comme si celui-ci avait collectionné toutes les couleurs ! 

Une peccadille à mettre sans doute sur le compte du référentiel culturel qui fait tant défaut à l’artiste ! 

On dirait qu’il prend un malin plaisir à se moquer de ses créanciers, à en croire l’effet que le regard de la Joconde a sur lui. 

Selon le griot d’ « une minute », à voir la Vénus de Milo, il a l’impression de voir le paradis dans le miroir ! Triste allégorie, car comme dans un rétroviseur, les objets regardés sont derrière et pas devant ! 

Alors, si le paradis n’est pas à venir, s’il est déjà derrière nous, la foi est la plus grande escroquerie de tous les temps ! 

Fally psalmodie, en toute licence, la coxalité et la callipygie de la minuteuse tels les colts d’un cow-boy tout droit sorti d’un western Hollywoodien, si ce n’est pas se montrer indélicat avec les formes et les genres ! 

 

Mais là où le bât blesse, là où on touche au comble du blasphème, c’est lorsque la déité entre en scène. 

Dieu – la phonétique ne nous permet pas de déterminer s’il s’écrit en majuscule ou en minuscule- y est présenté comme le potier en chef qui aurait fabriqué notre sœur bien-aimée avec de la poussière tellement spéciale que sa zone d’extraction serait devenue une zone de touage où Dieu lui-même marcherait pieds nus ! Les anges n’auraient qu’à bien se tenir à carreau ! 

ô ciel ! Se fût-il trouvé plus grand blasphème ! Même Baudelaire n’eût pas fait pire dans « les fleurs du mal » ! 

Il faudrait soigner Fally. Il en a grand besoin. Cette ivresse le perdra. J’espère qu’il s’en repentira. 

J’ose croire que cet excès de zèle a exaspéré Claudia. 

Les musiciens qui font leur métier, en éduquant, moralisant, adoucissant les mœurs méritent d’être distingués et les moins scrupuleux également ! 

Faut croire que ce n’est pas avec de la pierraille musicale, « Libanga » qu’on pourra couper et décaler le couper-décaler et que, partis comme nous sommes, les cousins de Drogba ont encore de beaux jours devant eux ! 

 

Van MANCHETTE, Casablanca 

Combien ça coûte un zizi ?

14 octobre, 2009
Liens | 1 réponse »

Une question embarrassante vous pensez ? 

Pas si tant que ça, du moins pour les habitants du canton suisse d’Appenzell où une loi récemment promulguée interdit la randonnée à quéquette ouverte ou minou en l’air, selon que ça appartient à Jean ou Jacqueline ! 

Passer outre cette injonction expose le contrevenant à une amende de 130 € !  Mais pourquoi diable vouloir à tout prix « enfiler » la tenue d’Adam et d’Eve ? Pour se sentir libres, pardi ! Libres, s’exclament les amateurs de ce sport dont tout le monde ne partage pas la passion. 

C’est une façon pour eux de se réconcilier avec la nature, d’être eux-mêmes, sans artifices, puisqu’on vient au monde sans garniture. Cela s’entend bien. 

Mais il est quand même difficile d’établir la différence entre les naturistes et les nudistes car s’il est vrai que l’attitude des uns relève d’une idéologie philosophique, celle des autres reflète ni plus ni moins qu’un m’as-tuvuisme criard, une propension à exposer ses formes (souvent délicates) à la première occasion ! 

Qu’ils prennent garde à ce que dame nature, par le biais de ronces et chardons ne réclame une part de leur chair, et ça, ça peut coûter plus cher que 130 € !  

Une plage à nudistes

Combien ça coûte un zizi ? dans Liens fkk01 

Blague du jour : toto et les 4400

13 octobre, 2009
Liens | Pas de réponses »

 Blague du jour : toto et les 4400 dans Liens 

La maîtresse demande « qui connaît les 4400 ? »  Personne ne lève la main. Toto, lui, ose lever la main.  La maîtresse sourit et le laisse quand même parler. 

Réponse de Toto : y en a même un qui vit chez nous, même que c’est mon frère ! La maîtresse, étonnée, demande des explications. 

Logique de Toto : c’est très simple, comme tous ceux qui travaillent dans les centres d’appels, mon frère gagne 4400 DH, nous on les appelle les 4400 ! Très fort le gamin J 

ACOREM : recommandations au nouveau bureau et condoléances

6 octobre, 2009
Liens | Pas de réponses »

Maintenant que l’ex secrétaire général de l’ACOREM a été contraint à la démission, à la suite d’un scandale financier doublé d’un prolongement injustifié de son bail et qu’un nouveau bureau a été mis en place avec, à sa tête Walter Axel KHAA par voie de plébiscite, tous les regards sont rivés sur cette association moribonde au grand corps malade. Je suis certes soumis au devoir de réserve mais je revendique tout de même ma liberté de penser et mon indépendance d’esprit. 

Le nouveau bureau tient entre ses mains une lourde responsabilité qui risque de lui retomber sur les pieds si jamais il échoue à sa mission. Fini l’assistanat, il est loin, le temps où le SG ou le président de l’ACOREM agissait au gré de ses humeurs, sans rendre de compte à personne. 

Désormais, nous devons tous œuvrer pour la réussite de cette association qui doit être refondée à la base. J’appelle de mes vœux que le nouveau responsable de cette association se montre digne de la confiance qui lui a été témoignée et qu’il consolide sa réputation d’homme intègre et exigeant avec lui-même. 

Qu’il ne se laisse pas manipuler par des appétits égoïstes mais pense à l’intérêt général et qu’au besoin, s’il estime subir une quelconque pression coercitive ou à caractère corruptif de certains missi dominici mal intentionnés, il en informe la base de l’association et convoque, par voie de fait, une assemblée générale pour se dédouaner. Que sa modestie et son humilité ne soient en aucun cas prises pour de la candeur ou de la mollesse. 

Qu’il travaille à restaurer la confiance en cette association qui a perdu ses lettres de noblesse. Que chaque membre de ce bureau se montre à la hauteur des responsabilités qui lui incombent et des espoirs placés en lui. 

L’unité de notre communauté n’est pas optative, ce n’est pas une option : c’est une exigence. Je compte sur le chargé à la communication pour transmettre des messages clairs et intelligibles, dans un Français impeccable qui n’insulte pas notre intellect. 

Je me montrerai intransigeant contre des bavures répétées et répondrai systématiquement aux mails envoyés avec des erreurs de grammaire, de vocabulaire, de syntaxe, de sémantique, de conjugaison ou de style. Je mettrai un dictionnaire à la disposition de l’association s’il le faut. Que le secrétaire  s’en fasse aider à chaque fois qu’il rédigera une correspondance. 

Plus de transparence autour de la gestion des fonds ; en faire un usage à bon escient, pour le bien de la communauté. Je termine par des mots de condoléances à la famille éprouvée, de même que nous le sommes tous, à la suite d’un accident tragique sur la route de Marrakech qui a coûté la vie d’une compatriote et causé des dommages corporels à d’autres. 

C’est le cœur lourd et rempli de chagrin que je leur souhaite mes condoléances, suppliant Dieu, dans sa grande bonté, de leur accorder, ainsi qu’à nous tous, de trouver du courage dans cette dure épreuve qu’est la perte d’un être cher. Ces derniers instants sur terre, elle les passera aux côtés des siens. 

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique