Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

  • Accueil
  • > Archives pour septembre 2010
Archive pour septembre, 2010


AESCOM – ACOREM : faites vos jeux !

30 septembre, 2010
Liens | Pas de réponses »

 AESCOM - ACOREM : faites vos jeux ! dans Liens foule-noire-et-blanche-se-serrant-la-main-largethumb4354365

Une Congolaise a avorté. C’est un non évènement diriez-vous.  Mais je vous parle de l’Association des Elèves, Etudiants et Stagiaires Congolais du Maroc (AESCOM) Enceinte d’un projet ambitieux qu’elle portait depuis, celui de réunir dans une même salle, les Congolais de tous bords, y compris les membres de l’ambassade et de la CESAM; elle a avorté* de ce débat qui se voulait grand et solennel. 

Il devait se tenir le 25 Septembre 2010 à Rabat, un débat d’actualité ayant pour thème

« Quel Avenir pour la Diaspora Congolaise au Maroc ? » Faut croire que la réunionite (propension génétique à palabrer sans agir, à boudailler la queue entre les jambes) n’a plus bonne chair ! 

Les gens en ont un peu marre de l’aquoibonisme légendaire Congolais qui affiche au compteur un chapelet inépuisable d’associationnettes –excusez du peu-. Depuis quelques temps, L’AESCOM fait de l’ombre à l’ACOREM tombée dans une léthargie profonde sous l’œil indifférent de ses membres, son secrétaire général ayant tout simplement revêtu une cape d’invisibilité se contentant de communiquer par télégrammes électroniques. 

Le ghost staff ou bureau fantôme de l’ACOREM en a rebuté plus d’un.  Avec la rentrée scolaire qui approche, les associations AESCOM et ACOREM fourbissent leurs armes en vue des journées d’intégration. 

C’est la saison favorable aux battues. La commission de contrôle et de vérification de l’ACOREM tarde à convoquer une assemblée générale, pour permettre au bureau sortant de faire son bilan, au demeurant pas très reluisant ! 

Le secrétaire général lui-même n’en prend pas l’initiative non plus, un climat favorable aux mandats à manches longues comme on en a connus. Tout le monde se regarde en chiens de faïence. La foultitude corémienne en mal de tropisme est dans l’expectative, naviguant à vue. 

Quant à l’AESCOM, malgré son caractère discriminatoire (elle n’intègre que les Elèves, Etudiants et Stagiaires), présente un meilleur faciès, communique plus et innove. Malgré les appels de pied plusieurs fois répétés à l’endroit de la grande sœur ACOREM, pour un meilleur rapprochement et la perspective d’un cadre commun élargi à un plus grand nombre, les choses ont bien du mal à évoluer dans ce sens. 

* Cette rencontre a en fait été reportée sine die au 02 Octobre 2010 

Un homme crie et le monde entier l’a entendu !

29 septembre, 2010
Liens | Pas de réponses »

 Un homme crie et le monde entier l'a entendu ! dans Liens mahamat

Mahamat  SALEH HAROUN.

Retenez bien ce  nom.

Euh… non, il n’est pas Indien, mais Tchadien. Et c’est le grand nom du cinéma Africain. C’est pas que de le dire.

C’est aujourd’hui que sort en salle « un homme qui crie », son dernier film d’une série de quatre et qui a reçu l’onction du Jury de Cannes, le prix spécial du jury !

Un film dramatique qui met en scène la souffrance profonde d’un homme qui s’appelle tout justement Adam, une façon pour le Cinéaste d’annoncer une aspiration de prise de conscience universelle contre la bêtise humaine.

L’hebdomadaire Jeune Afrique lui a même consacré trois pages en interview dans sa livraison n°2594 du 26 Septembre au 02 Octobre.

Il vient ainsi de rejoindre la très courte liste des cinéastes Africains primés à Cannes, formant ainsi le quatuor des as du Cinéma Noir !

Avant lui :

  • Mohamed Lakhdar-Hamina (Algérien) en 1975, pour « Chronique des années de braise »
  • Souleymane Cissé (Malien) en 1987, pour « Yeelen » (La Lumière)
  • Idrissa Ouédraogo (Burkina Faso), pour Tilaï.

C’est une histoire absurde d’un père de famille qui, pour conserver son travail de maître nageur dans un grand hôtel de Nd’jamena géré par des Chinois, envoie son fils au front, combattre et tomber sous les balles de l’ennemi.

Eveil de conscience tardif du pater qui essaie après coup de rattraper ses erreurs.

A travers Adam (l’acteur principal), c’est la tragédie Africaine mise en musique, cette bêtise que nous avons de céder à nos passions et de dépenser notre énergie pour défendre l’indéfendable au point de sacrifier la vie des nôtres pour servir les intérêts de politiques peu scrupuleux.

A travers ce film on peut voir l’âme de l’Afrique comme les prismes à travers un Kaléidoscope.

Un exercice non sans douleur, invitant à la réminiscence des conflits qui ont endeuillé plusieurs personnes un peu partout en Afrique.

De la légitimité, il peut s’en prévaloir, lui dont le pays en situation de guerre civile permanente et valsé dans une logique de construction-destruction a connu moult remous sociaux et dont la précarité est patente.

Pour que revive le Cinéma Africain, je lance un appel à tous ceux qui le peuvent, d’aller suivre ce film lorsque l’occasion leur sera présentée.

Qui veut une fellation ?

26 septembre, 2010
Liens | Pas de réponses »

 Qui veut une fellation ? dans Liens

Quelles oreilles mâles ne se dresseraient pas devant cet appel passionné, et surtout si cela sortait de la bouche de Rachida Dati ? 

C’est à la faveur d’un « Lapsus » – ah la phonétique n’arrange pas les choses, au contraire- que le côté coquin de Rachida, la sulfureuse a été dévoilé au public, au cours d’une interview sur un sujet d’économie. 

Invitée de Canal + à l’émission « Dimanche + », elle était interrogée sur les raisons d’un plan de licenciement chez Lejaby, dans l’Ain. C’est alors que sa langue a fourché. 

« Je déplore le sort qui est fait à ces femmes et ces hommes qui ont consacré leur vie à cette entreprise. Ces fonds d’investissement étrangers n’ont pour seul objectif que la rentabilité financière à des taux excessifs. Moi quand je vois certains qui demandent des rentabilités à 20, 25% avec une fellation quasi nulle, et en particulier en période de crise… » 

Elle voulait dire « inflation », bien entendu ! 

Même si on peut pardonner au subconscient de faire irruption, force est de constater que cela n’est pas de nature à disculper l’intéressée après tant de choses qu’on a entendu dire à son sujet ! 

Cela me rappelle une autre anecdote d’un chrétien répondant à la question de savoir qu’est-ce qui peut aider à accéder à la maturité spirituelle « il faut stimuler notre appétit sexuel », avant de corriger « appétit spirituel ». 

Après trois semaines de roupillons, voilà que mes vacances s’achèvent avec une note positive et une victoire de plus : celle d’avoir planté mes potes de 15H à 1H du matin en suivant la série Flash Forward, eux sériphobes autoproclamés ! 

Fini la rigolade, demain c’est le grand retour, va falloir oublier mon confort de ces derniers jours. 

Courage mon grand, tu en auras besoin, oh que oui ! 

Agression avec attentat à la vie d’un jeune Congolais au Maroc.

16 septembre, 2010
Liens | Pas de réponses »

violence.jpg 

Casablanca, le 15 Septembre 2010, très tôt dans la matinée, plus précisément vers 5 heures, au croisement du boulevard Mohamed Zerktouni avec les boulevards Mohamed VI et Résistance, Steph, un jeune homme Congolais qui se rendait alors à son travail, a été sauvagement agressé sans sommation, par des bandits Marocains à coups de machettes et poignards. 

L’objet de leur convoitise ? Son sac à dos qui contenait un ordinateur portable. 

Notre compatriote doit sa survie grâce à sa sportivité et en s’étant servi de son sac comme bouclier pour se protéger le visage. Il a eu les deux avant-bras entaillés et le flanc droit du crâne entrouvert par une machette.

Un de ses agresseurs l’a alors taclé, l’obligeant à s’ « applaventrir » avant de se relever aussitôt par instinct de survie et d’arrêter le chauffeur de taxi blanc qui avait assisté à la scène et s’était arrêté au feu rouge. 

A peine eût-il ouvert la portière du taxi que le chauffeur démarra en trombe ! C’est alors qui courut sonner à l’interphone de son ami Valence, à quelques 500 mètres de l’endroit de l’altercation. 

« C’était une scène épouvantable, il était couvert de sang partout et le flanc droit de la tête était littéralement ouvert ; je n’ai jamais vu couler autant de sang en vrai ; je l’ai donc transporté aux urgences, avec mon cousin, non sans difficulté à trouver un taxi » raconte Valence très indigné de ce qui venait de se passer. 

Heureusement pour Steph, l’hémorragie s’est arrêtée très rapidement et les chirurgiens ont pu suturer les plaies les plus profondes.

Le personnel médical était impressionné par la résistance de Steve, qui est resté conscient pendant l’opération et n’a pas manifesté le moindre signe de stress post traumatique, ni de signe de fatigue ou de vertiges. 

Par un heureux des hasards, Steph avait souscrit aux assurances auprès de son employeur la veille de son agression ! 

Signalons tout de même que durant les huit années écoulées, il y a eu plusieurs cas de violences à l’encontre des Subsahariens dont plus de 10 cas d’agressions avec blessures graves sur des Congolais. 

Malgré une accalmie constatée après la création d’une unité d’intervention mobile de la police, la tendance est plutôt à la résurgence. D’autres cas d’agressions plus ou moins graves ont été récemment signalés à Rabat. 

S’agit-il d’actes racistes ciblés ou d’évènement fortuits ? Cette question est sur toutes les lèvres, alors que les Marocains eux-mêmes sont tout aussi victimes de ces actes lâches, tous les jours, par leurs propres frères. 

12

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique