Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2010
Archive pour octobre, 2010


MERLIN l’enchanteur, GUERLAIN, l’emmerdeur

30 octobre, 2010
Liens | Pas de réponses »

Il n’y a pas que la rime qui met en biais ces deux personnages que tout oppose.

Le premier, fort connu, a enchanté nos mille et une nuits, un magicien avec sa lampe qui réalise les vœux les plus chers.

L’autre,  GUERLAIN, bien réel, a des relents d’un racisme vachard et très curieusement, il obéit quelque peu à sa profession, du moins sur le registre de la senteur; parfumeur de son état, il nous encense, nous pauvres noirs, fainéants récidivistes, qui n’avions jamais rien su faire de notre vie, mendiants professionnels, éternels assistés devant des peuples plus évolués, dont il serait, lui, l’illustre ambassadeur.

Ce personnage simiesque à l’humour ravageur, piètre comédien, a fait les choux gras de la presse internationale ces derniers jours.

Les politiques, eux, n’ont pas moufté. Normal, il s’agissait juste d’un excès de parole, rien à voir avec la profanation des tombes juives par des nazis ou autre grief qui ait du piquant pour mériter qu’on en parlât !

C’est devant un plateau de télévision (France 2) et devant une journaliste laxiste, que le mauvais communiquant a eu le culot dégoisé de décocher des flèches sur les nègres, sans rapport aucun avec un panégyrique fait à lui-même sur ses propres prouesses à l’ouvrage.

« Pour une fois, je me suis mis à travailler comme un nègre. Je ne sais pas si les nègres ont toujours tellement travaillé, mais enfin… »

Dites-moi Monsieur GUERLAIN, quel calumet avez-vous fumé avant de déblatérer de telles calembredaines ?

Vous pouvez toujours vous servir du subterfuge de l’âge avancé, vous savez, parce que, de toute évidence, votre mémoire flanche.

La traite négrière, la colonisation, l’esclavage, c’étaient peut-être des options du club med à une certaine époque ?

Les tirailleurs nègres qui ont défendu la République, c’était un conte de fée ?

Pendant que vous y êtes, les chambres à gaz et les camps de concentration sont peut-être sortis de l’imagination délirant de Stephen King ?

Oui, je sais, eussiez-vous prononcé cette affabulation que vous vous fussiez mis le monde entier à dos !

Mais enfin, il existe des excitants beaucoup plus efficaces que la nég-raille !

Les terres de ces nègres que vous insultez à l’envi constituent des greniers qui font vivre les tiens et les mamelles qu’ils tètent !

Nos présidents sont des fonctionnaires Français et Dieu seul sait qu’ils travaillent durement pour les intérêts Français.

On nous a fait travailler pendant plus de 400 ans, vous vous rendez compte !

Vous avez vu comment réagissent ceux qui répugnent à travailler plus ? Ils cassent les biens publics et investissent les rues ! C’est à eux que vous devriez faire cette dédicace.

Ces paroles d’Aimé Césaire, écrites il y a plus de 50 ans, n’ont pas perdu leur pertinence, puisque la réalité est la même aujourd’hui -les mentalités n’ont que peu évolué, à cause des gens comme vous- :

« L’Europe nous a pendant des siècles gavés de mensonges et gonflés de pestilences,

Car il n’est point frai que l’œuvre de l’homme est finie

Que nous parasitons le monde

Qu’il suffit que nous nous mettions au pas du monde

Mais l’œuvre de l’homme vient seulement de commencer

Et il reste à l’homme à conquérir toute interdiction immobilisée au coin de sa ferveur

Et aucune race ne possède le monopole de la beauté,

De l’intelligence, de la force

Et il est place pour tous au rendez-vous de la conquête et nous savons maintenant que le soleil

Tourne autour de notre terre, éclairant la parcelle qu’a

Fixée notre volonté seule et que toute étoile chute de

Ciel en terre à notre commandement sans limite. » Extraits de Cahier d’un retour au pays natal

Monsieur GUERLAIN, je ne vous demande point la permission d’être impoli, ce serait singer mes codes génétiques : moi, je vous emmerde !

Gouvernement Français : en avant la quéquette !

20 octobre, 2010
Liens | Pas de réponses »

indomptablerachidadati1.jpg 

Après la fellation Rachidatique, voici les empreintes génitales Hortefuesques ! 

Le lapsus est devenu un terrain de glisse des hommes politiques de tout poil ; ils y vont à sec, sans lubrifiant ! 

Subtile, sournoise, la langue de poil se substitue à la langue de bois. 

C’est rien que de le dire et on en n’en est pas bien loin, du poil, puisque ces lapsus ô combien révélateurs ont beau jeu de tourner autour de la chose : la libido. 

A croire que le club des hommes politiques Français est fréquenté par des Rocco Siffredi et des Katsumi reconvertis ! 

Il n’y a pas si longtemps que ça, Roselyne Bachelot avait choqué l’opinion publique pour avoir clairement dit qu’elle n’aimait pas faire l’Amour avec le préservatif. 

Le sexisme de Madame Bravitude réchauffe les ardeurs des jeunes socialistes. 

Les premiers jours de la présidence Sarkozienne ont été émaillés d’histoires d’infidélités conjugales ; le couple Royal Hollandais avait volé en éclats peu après les élections présidentielles de 2007, et la première dame, Carla Bruni, a depuis peu été traitée de « pute » par les extrémistes religieux Iraniens, dans l’affaire Sakineh. 

Ça fait beaucoup trop de coïncidences vous ne trouvez pas ? 

Le temps pour moi de méditer sur cette étonnante phrase d’Alexis De Tocqueville : « quelle triste chose que sur toute la terre les gouvernements soient toujours précisément aussi coquins que les mœurs de leurs sujets peuvent leur permettre de l’être » 

 

Ce que cache le prix Nobel de la Paix 2010

10 octobre, 2010
Liens | Pas de réponses »

Ce que cache le prix Nobel de la Paix 2010 dans Liens article_Xiaobo

Le Yin et le Yang, vous connaissez ? Vous avez dû en entendre parler et peut-être avez-vous déjà vu ce symbole qui illustre ce dogme du maintien de l’équilibre entre le bien et le mal. 

L’empire du milieu, ça ne vous dit rien ? Et si je vous parle du Yuan, vous me suivez ? 

Bienvenue en Chine ! Car c’est d’elle dont il est question. On en parle un peu trop ces jours-ci. Et pour cause ? 

La Chine a ravi au Japon sa place de deuxième puissance économique mondiale et est devenue en si peu de temps le plus important investisseur sur le continent Africain.* La Chine anticipe surtout et sa projection dans le futur est de très grande portée. 

Elle en a fait une très grande démonstration en venant en aide à la Grèce, abandonnée par la solidarité Européenne, après la crise économique qui a affaibli l’Euro face au dollar pendant longtemps, entraînant de grandes pertes à l’échelle Européenne et menaçant le monde de la Finance. Championne du camouflage, elle avance sans faire trop de bruit et déplace ses pions sur l’échiquier mondial au grand dam des grands de ce monde, club dont elle fait désormais partie. Loin s’en faut. 

C’est la plus grande et la plus vielle dictature au monde et les « grandes démocraties » sont soucieuses d’y voir germer, dans la douleur, les graines d’une démocratie effective. La Chine, c’est surtout un quart de la population mondiale, avec une armée de quelques 5 millions de soldats ! 

La Chine qui s’est donnée le mot pour fournir des produits de presque aussi bonne qualité (ce n’est pas toujours le cas) mais à moindre coût est loin de plaire. Les mesures restrictives contre les produits Chinois réputés contrefaits et ne respectant pas les normes internationales, les guerres électroniques (le conflit avec Google et les virus informatiques), diplomatiques (les jeux olympiques ont bien eu lieu à Pékin en 2008, malgré les protestations d’organismes de défense de droits de l’homme)   n’y ont rien fait.

Les Chinois sont dans tous les pays du monde entier, ils exportent leur mode de vie, leur médecine traditionnelle dite très efficace et moins polluante, leur cuisine ; leur Cinéma a intégré les chaines de télévisions nationales en Afrique. L’occident est à court d’idées. La Chine est inattaquable ; l’attaquer militairement serait une grave erreur. La Chine d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui. Elle a maintenant la bombe nucléaire et surtout elle fait partie du conseil de sécurité de l’ONU. 

Quelle a été la riposte de la communauté internationale ? Aussi banale ma réponse à cette question puisse –t- elle vous paraître, le prix Nobel de la paix n’a rien d’un hasard, comme elle ne l’a pas été dans le cas de Barack Obama. 

Cette année, le prix Nobel de la paix a été attribué au dissident Chinois et Ecrivain, Liu Xiaobo. Ce Liu n’est pas n’importe qui, c’est tout un symbole en Chine. 

Il est l’une des rares personnes encore en vie à avoir tenu tête au gouvernement Chinois. Liu est un grand militant des droits de l’homme qui purge actuellement une peine de 11 ans pour sa participation la charte 2008, un manifeste posté sur Internet qui appelait à l’avènement de la démocratie en Chine et à la restitution au peuple Chinois de tous ses droits fondamentaux. 

Liu est surtout un dissident récidiviste car il n’en est pas à son premier coup. Il est surtout connu pour sa participation aux manifestations de la place Tiananmen en 1989 à Pékin où il faisait une grève de la faim en solidarité avec les étudiants[].

Depuis sa condamnation, les réactions au niveau International n’ont pas tari leur soutien à Liu et le gouvernement Chinois s’est muré dans un silence assourdissant, faisant fi de toutes les critiques. Ce prix Nobel a donc pour vocation de forcer la Chine à dialoguer. 

Avez-vous remarqué que les propos tenus ces derniers jours par le premier ministre Chinois sont étrangement semblables au discours de Liu, appelant à une liberté de parole et tirant la sonnette d’alarme sur l’aspiration du peuple Chinois à plus de démocratie ? La Chine a tout de suite notifié à la Norvège que les relations entre les deux pays risquaient d’en pâtir si jamais le prix Nobel était attribué à Liu. 

On comprend tout de suite que le but visé par ce Nobel n’est pas celui que l’on croit : l’émancipation des droits de l’homme y compris la liberté d’expression, mais des desseins bien plus complexes que nous, simples d’esprit sommes loin d’imaginer. Je ne vais pas y aller avec le dos de la cuillère : il s’agit d’inverser le cours du nouvel ordre mondial déjà en marche. 

L’Europe et les Etats-Unis vont perdre leur influence au profit de l’Orient et du Moyen Orient dont la Chine sera la tête de fil et c’est ce qui fait peur aux occidentaux, alors tous les artifices sont bons pour mettre de l’eau dans le Saké Chinois. Si le Nobel de la paix attribué à Barack Obama, était un vaccin pour prévenir toute attaque Américaine injustifiée et de grande envergure comme l’ont été les invasions successives en Afghanistan, puis en Irak, le Prix Nobel de la paix 2010 a pour but de créer un climat favorable aux troubles politiques en Chine, pour affaiblir le gouvernement Chinois et servir de prétexte à la communauté internationale pour mettre son nez dans les affaires internes de la Chine. 

Le mal (ou le bien) est déjà fait.

C’est donc une arête en travers de la gorge. Le gouvernement Chinois est pris en otage. Il ne peut plus désormais nier les revendications de ses citoyens même si nous sommes loin de nous imaginer qu’un simple diplôme pourrait faire tomber une dictature qui a résisté contre vents et marrées et connu de pires menaces qu’un simple Nobel. La sagesse Chinoise saura l’emporter, je n’en doute pas une seconde. 

Observez bien l’actualité mondiale car la réponse de la Chine ne saurait tarder, et elle promet d’être très significative. *Les investissements Chinois en Afrique devraient dépasser 100 milliards de dollars en 2010. 

   

 

La symbolique Marocaine : clins d’œil à la picturalité

6 octobre, 2010
Liens | Pas de réponses »

lait.jpg

Il y a des mots qui ont des yeux. Il faut les toucher pour le croire.

 Le Darija, langue arabe vulgarisée pour être consommée façon Marocain fourmille de perles rares.

 Outre la gestuelle, fort contrastée avec ce qui est universellement connu, il y a le caractère symbolique que peuvent revêtir les choses en elles-mêmes, dépendant du sexe qui les donne et qui les reçoit, de l’endroit où on les donne, de la manière avec laquelle on les donne et du moment auquel on les donne.

 En s’y intéressant de plus près, on se rend compte que cela véhicule une certaine symbolique faisant référence à la métaphysique. et qui peut se vérifier.

 Chaque fois que j’essaie de percer par moi-même les trésors de la langue Arabe au travers des mots, c’est toujours un plaisir de vous en faire part.

 Saviez-vous par exemple que dans la tradition Marocaine (peut-être Arabe aussi), pour souhaiter les condoléances à un ami ou un proche qui vient de perdre un être cher, on lui offre du sucre ?

 Le sucre est doux, comme le miel et il est précieux. C’est ce qui rend son lustre à une belle madeleine, un milk shake, un bonbon…

C’est une matière très soluble, ce qui nous permet de nous figurer le caractère éphémère de la vie, de toujours se remémorer que nous sommes de simples mortels, que la vie est courte.

Le sucre nous lie à la douceur.

 Les pédiatres arrivent à corrompre les plus petits à se faire piquer, vacciner, en échange de bonbons, parce que les plus petits associent le sucre à une absence de douleur, il leur permet du moins de trouver du courage pour surmonter cette douleur passagère.

De même quand on perd un être cher, on ressent une profonde douleur.

 Une autre interprétation voudrait que ce sucre serve de provision pour servir du thé aux visiteurs qui viendront assister l’éprouvé dans sa tristesse. Quoiqu’il en soit, dans ce contexte, on apprend tout de même que cela incite à l’hospitalité, ce qui est une bonne chose qui permet de s’accomplir soi-même en faisant du bien aux autres.

 Et maintenant le lait, Helib, en Darija.

 Ça je l’ai appris dans une situation un peu gênante. Vous comprendrez tout à l’heure pourquoi je suis obligé d’en parler.

 Ce matin nous avons partagé un déjeuner d’équipe, chacun ayant ramené sa petite contribution en nature.

 Pour ma part, j’ai ramené, cinq cakes que j’ai achetés ce matin chez l’épicier, des yaourts Perly et Yawny, un petit carton de lait en liquide, de la centrale laitière et des bananes.

 Après avoir déjeuné petitement avec mon équipe donc, on m’a restitué ce qui n’avait pas pu être consommé, dont le lait en question, que je me suis empressé d’offrir sans arrière-pensée à la petite stagiaire qui se trouvait dans mon champ de vision.

 Petite pause.

 Ce qui pour moi n’était qu’un geste banal, a en fait jeté toute l’équipe dans une hilarité déconcertante. Tout le monde a rit aux larmes !

J’ai compris trop tard que je venais de commettre une gaffe. En fait, je venais tout simplement de lui faire une demande en mariage, selon la coutume !

Vous comprenez ma gêne en ce moment-là… C’était très flagrant.

 Heureusement que j’ai un alibi en béton : je n’étais pas au courant !

 J’ai donc essayé de pousser la réflexion plus loin. Voici donc l’image qui me revenait : celle d’un gentleman qui demande à une fille en lui tendant le lait « je veux que vous soyez la mère de mes enfants, celle dont ils téteront les nichons ! »

Cela se tient, d’autant plus qu’à cet âge-là on croît dur comme fer que le lait sort tout seul des mamelles de maman alors que c’est en fait  à la vache qu’il faut dire MERCI.

 En définitive, le lait renvoie donc à la maternité.

 La prochaine fois que vous aurez envie d’acheter du lait pour l’offrir à quelqu’un, réfléchissez bien, parce que votre virilité pourrait en prendre un sacré coup !

 

 

12

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique