Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

  • Accueil
  • > Archives pour janvier 2011
Archive pour janvier, 2011


Un Ben Ali peut en cacher un autre…

17 janvier, 2011
Liens | Pas de réponses »

benali.jpg

En Tunisie, il ne fait plus bon de s’appeler El Abidine ou Trabelsi, comme naguère Duvalier, en Haïti ou Bokassa en Centrafrique.

Le profilage patronymique cause bien des torts des fois.

Si ce n’est toi, c’est donc ton frère, exit Le loup et l’agneau, une fable de Jean De Lafontaine qui a beau jeu de nous faire prendre conscience des conséquences que peuvent avoir les actes que nous posons sur notre parentèle.

Même dans la bible, la filiation est un motif de culpabilité.

Les fils devront payer pour les fautes du père, jusqu’à la troisième génération, peut-on y lire par exemple.

Ben Ali (celui de la Tunisie) s’en est allé ; il en est un autre, par anagramme, qui doit se faire du souci.

Ali Ben, Bongo ou Odjoukou de son vrai nom, selon qu’on le croit vrai fils génétique de feu Omar Bongo ou fils adopté, venant du Biafra. Mais ça, c’est une autre histoire.

Le problème est que si on en croit les révélations à l’allure de scoop dévoilées dans le dernier documentaire de Patrick Benquet sur la Françafrique, les résultats des dernières élections présidentielles au Gabon auraient été inversés et que la victoire reviendrait plutôt à un certain Pierre Mamboundou !

Du coup, les opposants Gabonais, comme délivrés d’une hypnose mystique ont demandé –sans blague – à l’usurpateur de rendre le tablier.

Mais la Tunisie n’est pas le Gabon, pas plus que ne l’est la Côte d’Ivoire !

Le locataire du palais en bord de mer de Libreville a balayé d’un revers de la main les élucubrations oniriques et puériles d’une opposition qui n’a pas su prendre en main l’opportunité qui lui était offerte.

Pourtant, ce qui vient de se passer en Tunisie et ce qui se passe actuellement en Côte d’Ivoire marque le sceau de l’avènement d’un nouvel ordre mondial dont la configuration subit des mutations imprévisibles qui échappent au contrôle des puissances occidentales, habituellement aux commandes des grands rendez-vous de l’histoire.

Le sevrage est terminé ! Les Africains ne veulent plus être regardés comme des adolescents politiques, des faire-valoir de ces puissances.

Les peuples ont compris leur souveraineté et les âmes éprises de justice et de liberté saisissent les occasions qui s’offrent à elles pour arracher cette réalité qu’il faut conquérir parfois au prix fort.

Les régimes voyous doivent laisser la place à une volonté de plus de démocratie et de développement social dont le besoin se fait de plus en plus grandissant.

Le vent du changement est en train de tourner et personne n’y échappera.

Les dictateurs professionnels doivent désormais le garder présent à l’esprit et œuvrer pour le bien de leurs pays, pour espérer la clémence des peuples opprimés au moment où chantera le Cygne de l’humiliation.

Qu’ils en prennent de la graine, comme dirait l’autre…

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique