Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

20
sept 2011
Un gourmand dans le bus !
Posté dans Liens par vanmanchette à 10:28 | 2 réponses »

c34.jpg

C’est moi l’ogre du jour  :) Impossible de rater le petit déjeuner. Je  joue à saute-moutons avec les menus de la cantine, parfois insipides. Il faut que surveille ma ligne, même si l’Eté est passé ! On ne sait jamais, on n’est pas à l’abri du regard d’une admiratrice embusquée et tant pis si vous avez le ventre qui pend !

J’étais en train de dévorer doctement mon sandwich au saucisson de cerveau de porc, pâté de canard, fromage, le tout amidonné dans une mie de pain à chapelure dorée.

J’en avais déjà édentée une bonne partie quand Chronos m’a pris par la main, m’obligeant à quitter mon appartement au pas de loup, un loup qui a faim.

J’ai eu le réflexe d’envelopper le bout de pain dans un sachet transparent (pas très malin) avec un pot de yaourt aux céréales.

Je me suis pointé à mon arrêt de bus juste à temps. Je tenais un magazine dans lequel j’ai mon article, avec ma photo, et je m’en suis servi comme bouclier pour cacher mon péché mignon.

Monté dans le bus, j’ai trouvé refuge tout au fond. Il y avait déjà un dormeur à l’extrémité droite.

Avec le sprint que j’avais piqué pour arriver à mon lieu de ramassage, la température commençait à monter. J’ai donc ouvert la fenêtre. Difficile de faire discret même avec un sachet soyeux. J’ai sorti ma bricole et me suis mis à l’achever dans les règles de l’art, véritable réplique alimentaire de « petits meurtres entre amis ». Je continuai mon sausuicide tout en gardant une distance olfactive avec mon voisin d’â côté.

Je fus rappelé à la promiscuité par une main à mon visage, soutenue par une voix lancinante me priant de fermer la fenêtre qui faisait entrer un air frais. Je m’exécutai, compte tenu de la tolérance dont il avait fait montre à mon égard puis j’eus un moment d’hésitation, je voulus lui demander de me prêter un stylo s’il en avait un. Je ne lui demandai pas finalement. Et c’est là que je vis collée sur le bus d’en face, d’où me regardait une vielle qui avait sûrement jeûné la veille, une publicité pour couches à jeter pour bébé.

C’est là que j’ai compris que le bonheur auquel je goûtais par le biais de mon palais allait connaître une triste fin et dans pas longtemps.

Je décidai donc que c’est par ces mots que je terminerais mon récit  :)   Pathétique, non ?

 


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

2 réponses:

  1. les cafards écrit:

    encore une saucisse d’agressée !

  2. Bonsoir. MERCI beaucoup pour vos encouragements. Désolé de ne pas publier si régulièrement, mon activité professionnelle m’occupe toute la journée. Ce n’est pas évident. A la prochaine visite !

Laisser un commentaire

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique