Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

  • Accueil
  • > Archives pour février 2014
Archive pour février, 2014


Evanescence de la pensée

7 février, 2014
Liens | Pas de réponses »

ideees

Je suis dans une phase de transhumance de la pensée où je me refuse délibérément à penser suivant un schéma logique ou dialectique classique car les concepts et les paradigmes se télescopent dans un désordre sémillant qui me fascine autant qu’il m’inquiète : engagement, loyauté, amitié, vérité, notion d’étranger, indifférence, évanescence de la pensée, prévarication, malhonnêteté, procrastination sentimentale, ingratitude, mauvaise foi, préjugés,…

Et si toute notre existence n’était qu’un test de laboratoire fait de successions de faits et d’expériences ?

Si, au fond, la vie n’était qu’une quête ? Mais une quête de quoi ? Peut-être de notre moi profond, de quelque chose d’essentiel qui échappe à notre intelligence, de ce qui est vraiment et qui demeure : l’ipséité ?

Je mets en perspective ce regard froid et impersonnel que je me jette quasi régulièrement cette collègue que je croise dans les couloirs quand je vais chercher mon café matinal au distributeur automatique.

Je me demande alors : que signifie ce regard ? Est-ce de l’admiration, du mépris, de l’indifférence, de la haine, de l’estime, de la sublimation ? Me regarde-t-elle vraiment ?

Et si ce n’était que la turpitude de mon imagination masturbée à l’aune d’un égo surdimensionné et bandant qui s’obstine à trouver une filiation entre moi en tant qu’objet dans le champ de vision et la sujette qui m’observe ?

Puis je pose, sans lien avec la joute oculaire, le postulat selon lequel je suis un étranger.

Ce mot peut avoir un autre sens que le sens migratoire que lui confère l’imaginaire collectif ? En parlant de cela, plusieurs sont morts hier en essayant de rallier l’Europe qu’ils croient être un Eldorado alors que là-bas aussi, plus rien ne va.

Ce qui m’amène à me demander : au fond, qu’est-ce qu’un étranger ?

En définitive, on est étranger parce qu’on vient d’ailleurs.
Cet « Ailleurs » est conçu et intégré par opposition à « ICI ». Et cet « ICI » peut être l’ « Ailleurs » d’un autre « ICI » suivant une logique de réciprocité transpositoire.

Mais si on y voit bien, nous n’avons pas toujours été « ICI » ou « Là-bas ».

Nous venons au monde un peu comme par effraction et nul n’est autochtone même « chez soi ». C’est juste un abus de langage qui consacre la force des habitudes.
Ainsi donc, partout au monde nous sommes à la fois chez nous et étrangers.

Si je poursuis ce borborygme mimétique sur une bonne trotte, nous y passerions beaucoup de temps, tu me suis, l’étranger (ère) ?

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique