Univers Manchettellesque

La couleur de peau est un détail auquel la pensée universelle ne doit jamais s’arrêter !

Archive pour la catégorie 'Liens'


Sans déc !

20 mars, 2014
Liens | Pas de réponses »

url

A quoi servent toutes ces journées mondiales à la gomme ? Y en a tellement qu’on les oublie.

Alors, pour ne pas en rater un grand nombre, j’ai ajouté à mes favoris le lien d’un site qui est censé avoir renseigné ces jours mémoriels.

Rien que pour aujourd’hui, il y en a 6 :

Vous avez donc l’embarras du choix.

Si vous n’êtes pas Francophile, vous pouvez déjà gommer la journée mondiale de la francophonie, même si cela ne va pas du tout plaire à Monsieur France (si sis il a existé) qui a dit que « la langue française est une femme. Et cette femme est si belle, si fière, si modeste, si hardie, si touchante, si voluptueuse, si chaste, si noble, si familière, si folle, si sage, qu’on l’aime de toute son âme, et qu’on n’est jamais tenté de lui être infidèle ».

Sauf que cette femme est devenue infidèle. Elle le trompe avec l’Anglais, l’Arabe et d’autres bricoles linguistiques en provenance d’Afrique.

Bon passons.

La journée mondiale sans viande. Entre-nous, qu’est-ce que cela va changer ? Un jour de plus pour un bœuf qui finira en steak dans mon assiette demain ? Et vous avez pensé aux carnivores au moins ? Non mais !

Si cela ne vous plaît pas, vous pouvez toujours manger un moineau mais comme ça aussi c’est de la viande, alors vous ne pouvez pas ! Mais quelle idée que de mettre le mettre la journée sans viande et la journée du moineau. J’avoue que moi je ne comprends pas. Est-ce pour dire que la viande du moineau est meilleure que celle du bœuf ?

Allons, allons, inutile de vous disputez pour un bout de chair. Pensez aux insecticides. Ah oui, j’oubliais.  C’est la journée mondiale où il faut penser aux alternatives anti-pesticides. Ça, ça peut faire mouche (sans mauvais jeu de mot).

Quoi, vous n’êtes pas contents ? Eh non, vous n’avez pas le droit ! Vous savez pourquoi ? Parce que c’est la journée mondiale du Bonheur. Ça c’est la meilleure. Journée mondiale du Bonheur. J’aimerais bien voir ça. Le bonheur, un accessoire qu’on aimerait emmener avec soi partout et à tout moment.  Pauvres sans sous, professionnels de la précarité, misérables confirmés ISO ? Faites une pause, détendez-vous !  On ne veut pas d’excuses, débrouillez-vous pour être heureux !  On n’y peut rien, on ne discute pas et c’est comme ça, à l’insu de votre plein gré, point barre !

Oui, je sais ce que vous dites, il raconte des histoires. Qu’est-ce que vous croyez ? Vous avez vu le Calendrier ? Je vous signale que nous sommes le 20 Mars et ça, c’est pas des histoires mais des contes !

 

 

Evanescence de la pensée

7 février, 2014
Liens | Pas de réponses »

ideees

Je suis dans une phase de transhumance de la pensée où je me refuse délibérément à penser suivant un schéma logique ou dialectique classique car les concepts et les paradigmes se télescopent dans un désordre sémillant qui me fascine autant qu’il m’inquiète : engagement, loyauté, amitié, vérité, notion d’étranger, indifférence, évanescence de la pensée, prévarication, malhonnêteté, procrastination sentimentale, ingratitude, mauvaise foi, préjugés,…

Et si toute notre existence n’était qu’un test de laboratoire fait de successions de faits et d’expériences ?

Si, au fond, la vie n’était qu’une quête ? Mais une quête de quoi ? Peut-être de notre moi profond, de quelque chose d’essentiel qui échappe à notre intelligence, de ce qui est vraiment et qui demeure : l’ipséité ?

Je mets en perspective ce regard froid et impersonnel que je me jette quasi régulièrement cette collègue que je croise dans les couloirs quand je vais chercher mon café matinal au distributeur automatique.

Je me demande alors : que signifie ce regard ? Est-ce de l’admiration, du mépris, de l’indifférence, de la haine, de l’estime, de la sublimation ? Me regarde-t-elle vraiment ?

Et si ce n’était que la turpitude de mon imagination masturbée à l’aune d’un égo surdimensionné et bandant qui s’obstine à trouver une filiation entre moi en tant qu’objet dans le champ de vision et la sujette qui m’observe ?

Puis je pose, sans lien avec la joute oculaire, le postulat selon lequel je suis un étranger.

Ce mot peut avoir un autre sens que le sens migratoire que lui confère l’imaginaire collectif ? En parlant de cela, plusieurs sont morts hier en essayant de rallier l’Europe qu’ils croient être un Eldorado alors que là-bas aussi, plus rien ne va.

Ce qui m’amène à me demander : au fond, qu’est-ce qu’un étranger ?

En définitive, on est étranger parce qu’on vient d’ailleurs.
Cet « Ailleurs » est conçu et intégré par opposition à « ICI ». Et cet « ICI » peut être l’ « Ailleurs » d’un autre « ICI » suivant une logique de réciprocité transpositoire.

Mais si on y voit bien, nous n’avons pas toujours été « ICI » ou « Là-bas ».

Nous venons au monde un peu comme par effraction et nul n’est autochtone même « chez soi ». C’est juste un abus de langage qui consacre la force des habitudes.
Ainsi donc, partout au monde nous sommes à la fois chez nous et étrangers.

Si je poursuis ce borborygme mimétique sur une bonne trotte, nous y passerions beaucoup de temps, tu me suis, l’étranger (ère) ?

NE FAITES PAS CECI CHEZ VOUS : MÂCHER DU CHEWING-GUM ET S’ENDORMIR AVEC !

29 novembre, 2013
Liens | Pas de réponses »

Il m’est arrivé un truc dingue cette nuit. J’ai mâché du chewing-gum avant de m’endormir et ce matin quand a sonné mon réveil, j’ai réalisé que j’avais continué à mâcher dans mon sommeil. Du coup, mon cerveau ne s’est pratiquement pas reposé, avec des conséquences dévastatrices ! J’ai par exemple rêvé qu’un joueur Marocain évoluant dans le championnat Belge avait accepté de rejoindre la sélection nationale du Maroc pour la coupe du monde de football qui se tiendra en 2014 au Brésil, moyennant 800.000 € ! En plus, ce joueur était fortement persuadé que chacun de ses coéquipiers lui devait au moins un fusil de luxe ! PETIT DÉTAIL QUI TUE : le Maroc n’est pas qualifié pour la coupe du monde ! Une consolation toutefois, le pays organise la 10è session de la coupe du monde des clubs de la FIFA et elle se tiendra du 11 au 21 Décembre 2013 !

JE TIENS A PR QUE CE RÊVE JE L’AI EFFECTIVEMENT FAIT.

Je me demandais si j’allais pouvoir assurer au boulot cette journée.  Mais une chose est sûre : je dormirai moins bête ce soir !

Confessions d’un probable futur ex pauvre : une affaire de sous et plus si affinités…

21 octobre, 2013
Liens | Pas de réponses »

L’ Amour de l’argent, dit la bible, est une racine de toutes sortes de choses mauvaises. – I Timothée 6:10

Cette assertion m’a fait reconsidérer le rapport de l’homme à l’argent, son application dans la vie sociale et ses correspondances plus ou moins loufoques dans les traditions et cultures locales, faisant apparaître une mosaïque qui fascine et étonne par sa suggestion picturale.

Je pose le postulat selon lequel qu’à partir du moment où l’argent est censé être une source d’ennuis, en avoir beaucoup trop est pénalisant autant qu’en manquer est handicapant.

« il est plus facile pour un chameau de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le royaume des cieux » lancent les saintes écritures.

Le génie est de connaître les limites de l’excès et du dénuement total.

Même s’il ne s’agit-là que d’une illustration, il n’en demeure pas moins qu’elle emporte, d’une certaine façon, l’âpre difficulté, pour ne pas nommer le mot qui me paraît tout juste cruel, l’ « impossibilité » pour un homme fortuné d’entrer dans les grâces du Saint Père. Parce que, dit l’illustrateur, « là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur ! ». Et d’ajouter « on ne peut servir deux maîtres à la fois. On s’attacherait plus à l’un et on mépriserait l’autre ».  Et c’est là que les pauvres entrent en scène : « heureux les pauvres car le royaume des cieux leur appartient !» Ce qui ne signifie pas que la pauvreté constitue un motif de séjour au paradis. Les modalités du Visa sont un peu plus compliquées qu’il y paraît.

Dieu n’est pas pauvre, sinon ça se saurait. Et j’aimerais beaucoup lui ressembler, du moins, sous ce rapport.

Je vous arrête tout de suite. Je vous vois venir avec vos fourches caudines et vos océans d’eau bénite. Inutile de me lancer une fatwa pour un blasphème que je n’ai pas commis. Je ne fais que vouloir ressembler à mon créateur sous ce rapport. Pour ce qui est du reste on verra, OK ?

Confessions d’un probable futur ex pauvre : une affaire de sous et plus si affinités... dans Liens amour-argent1-300x300
Dieu n’est pas pauvre, sinon ça se saurait. Et j’aimerais beaucoup lui ressembler, du moins, sous ce rapport.

Après tout, ne sommes-nous pas faits à son image ? Si oui, alors laissez-moi donc prendre le pognon aussi.

En même temps, être pauvre c’est pas très avantageux quand on a des factures à payer, la bouffe à assurer, les fringues, les médocs et tout le reste. C’est pourquoi j’ai du mal à blairer l’expression « être fauché comme un rat d’église ». Une expression peu glorieuse pour une église, déjà qu’un rat n’a rien à y faire, il serait bien au chaud dans les égouts !

Une autre raison pour vous dissuader d’être pauvre est que quand on est pauvre, on a forcément des dettes et ça c’est pas bien. Qui paie ses dettes s’enrichit dit-on ! Les dettes sont une source de beaucoup d’inquiétudes croyez-moi !  Or, les inquiétudes sont comme les interférences dans un réseau téléphonique. Des fois, ça capte pas bien. Maintenant, faites un exercice, remplacez « réseau téléphonique » par « prière ». Vous voyez le tableau ? Pas joli, n’est-ce pas ?

Je vous le dis, si vous avez un peu de cervelle, servez-vous-en pour l’Amour de Dieu ! Débrouillez-vous pour être riches par tous les moyens (légaux, cela s’entend). Faites comme votre pasteur. En connaissez-vous un qui ne soit pas riche ? La dernière fois que j’ai compté, il n’y en avait pas un seul. Si vous en connaissez un, c’est qu’il cache vraiment bien son fric, celui-là !

Il y a aussi cette expression qui louche un peu de l’œil gauche,  « tirer le diable par la queue ». Une expression qui déroute tant au propre qu’au figuré.

Tirer, c’est ramener à soi ou traîner derrière soi, n’est-ce pas ? Je crois savoir que la formule consacrée des exorcistes certifiés  est « vade retro satanas ».

Pour que le gars s’en aille, il faut bien qu’on le pousse hors de soi plutôt que de l’attirer vers soi, non ?

Mais alors, pourquoi diable (encore lui ) quand on galère, quand on est fauché et qu’on n’a plus un rond, dit-on « tirer le diable par la queue », hein ?  C’est plutôt affectif comme on attirerait un toutou vers soi. Là c’était le figuré. Au propre, vous imaginez-vous faisant des turlutes à … ? Non merci !

Quand vous êtes fauchés, que vous n’avez pas un rond, arrêtez de trouver des euphémismes à la con du genre « tirer le diable par la queue » ou « être fauché comme un rat d’église ou de mosquée » (pour ne pas fâcher les religieux), dites tout simplement que vous n’avez rien et tout le monde comprendra.

 

 

1...34567...54

ELAyam.4 |
SuperKill3000 |
salomecasta |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hier,Aujourd'hui,Demain......
| globetrotte
| poésie d'utilité publique